San Francisco

san-francisco-mt

 

Toute l’histoire et les sites géolocalisés de San Francisco avec Monument Tracker

Présentation

Avec Monument Tracker San Francisco amusez vous enfin à découvrir les trésors de la ville de San Francisco :
Chasse au trésor, réalité augmentée, quiz, circuits, carnet de voyage, bande dessinée, reconstitution des sites disparus, carte postale, push.

Cette nouvelle application vous entrainera dans un tourbillon d’amusement et challengera votre culture générale.

« Mes enfants ont adoré, ce sont eux qui nous ont fait découvrir San Francisco » P.L.
« Moi qui n’ai pas d’enfant, je me suis pris au jeu » X.H.
« Il y a des fonctions pour toute la famille, on se cultive c’est un régal » C.B.
« C’est bien fait, exhaustif et pertinent» S.B.
« Je n’imaginais pas pouvoir en apprendre autant aussi facilement » F.T.
« Lorsqu un site me plaît j’ai maintenant en direct live l’histoire et les anecdotes » M.C.
« je suis fan, je les collectionne au cours de mes voyages » V.T.

Lauréat européen pour la création et l’innovation dans la valorisation du patrimoine, il n’y a pas plus exhaustif que Monument Tracker

Partenaire du Centre des Monuments Nationaux (CMN) pour la sauvegarde des monuments en péril

Les plus

– version offline pour les départs à l’étranger
– personnalisation de l’appli avec ses propres photos et fonctions de partage
– animation bande dessinée
– géolocalisation et push : les monuments se révèlent au fil de votre promenade à San Francisco
– ergonomie et convivialité
– tous les monuments et sites de la ville documentés
– quiz pour tester ses connaissances et devenir ambassadeur de San Francisco
– reconstitution des sites en ruines ou disparus avec l’overlay

 

Téléchargez votre version

  

 

 Top 10 des monuments de San Francisco

L’équipe de Monument Tracker a sélectionné une liste de monuments disponibles dans l’application Monument Tracker San Francisco.

alcatraz-jail-in-san-francisco

Alcatraz Island

Ce rocher a été découvert en 1775 par un marin espagnol qui le nomma « Isla de las Alcatraces » (pélicans). Sa position stratégique fit qu’en 1859 l’armée américaine y construisit un fort. A partir de 1907, le fort devint une prison militaire, puis de 1934 à 1963 un pénitencier fédéral de haute sécurité où étaient emprisonnés les grands criminels. Ce fut la prison d’Al Capone, Robert Stroud, George « machine gun » Kelly et de bien d’autres. Aucun ne s’en échappa : tout était prévu pour la sécurité : des barreaux en acier inattaquable par les outils, des cellules dont les murs ne donnaient jamais sur l’extérieur, portes télécommandées, détecteurs de métal, fils de fer barbelés, miradors ; de plus, l’eau glacée environnante décourageait toute tentative. Il y en eut cependant quelques unes, toutes avortées sauf une, où 3 détenus purent partir avec des radeaux, mais on suppose qu’ils se sont noyés.

castro-theatre-in-san-francisco

Castro Theater

Ce cinéma de 1500 places a été construit en 1922 ; sa façade est du style baroque colonial espagnol. Son architecte Timothy Pflueger a construit plusieurs autres cinémas. L’intérieur est luxueux, avec un jeu subtil de murs convexes et concaves ; le plafond est décoré de bandes de tissu, de cordes et de décorations en stuc imitant le toit d’une tente. Le cinéma appartient encore à la famille qui l’a fait construire et il est toujours encore en pleine activité. Il organise de très nombreux festivals : Festival international de San Francisco, Festivals du Film Gay et Lesbien, du Film Noir, du Film Asiatique Americain, du Film d’Asie du sud etc?C’est un monument du film !

chinatown-san-francisco

China Town Gateway

Cette entrée monumentale de China Town a été construite en 1970 sur les plans de Clayton Lee, qui a puisé son inspiration dans les entrées de villages chinois. Les toits étagés de tuiles vertes sont surmontés de poissons et de dragons : ces derniers sont des créatures bénéfiques dans la mythologie chinoise, et ils sont honorés notamment au cours du nouvel an chinois. La porte est encadrée par un lion avec une patte sur une balle, symbole de l’unité de la Chine, et une lionne avec une patte sur un lionceau : c’est un élément de décor classique en Chine. La porte donne accès à l’avenue Grant, qui est la rue principale de China Town, du moins pour les touristes : c’est là que se trouvent de nombreux restaurants, pharmacies traditionnelles, temples, ateliers, boutiques de souvenirs et d’antiquités. La porte respecte les principes ésotériques du feng shui : par exemple, elle est orientée vers le sud, direction favorable.

coit-tower-by-night-san-francisco

Coit Tower

Grâce aux dons de Lillie Coit, la ville put construire cette tour de 64 m au sommet de Telegraph Hill, en 1933. Construite en béton armé, elle était dédiée aux pompiers volontaires de la ville. Les Murals du hall, oeuvre collective de 25 artistes, sont remarquables : ils dressent un portrait très réaliste de la ville de l’époque, avec des extraits de journaux, des couvertures de magazines, des usines, des docks, des champs, une famille d’immigrés sous une tente, un accident de voiture, un vol etc? L’ensemble, influencé par l’art de Diego Rivera, présente une grande unité et semble interprété par un seul peintre. Des symboles socialistes ou communistes, apparaissaient de temps en temps et ont suscité une polémique à l’époque, jusqu’à leur suppression. Les artistes ont fait revivre l’art de la fresque, plus difficile que celui de la peinture à l’huile. Un ascenseur permet d’accéder à une plate-forme qui offre une vue de toute beauté. En face de la tour se dresse une statue de Christophe Colomb.

lombard-street-in-san-francisco

Lombard Street

La pente du Russian Hill à cet endroit étant de 27%, il a fallu faire de nombreux virages (8) en épingle à cheveux pour construire une rue pouvant être parcourue par les voitures ; elle date de 1920 et est pavée de briques rouges. Les voitures descendent à 8 km/h cette portion à sens unique et les piétons disposent d’un escalier. Ensuite Lombard Street continue dans les deux sens après cette série de virages. Cette portion de rue est toujours très encombrée car de nombreux touristes veulent la parcourir en voiture. Elle est apparue dans de nombreux films : Vertigo de Hitchcock, What’s up doc avec Barbara Streisand et Ryan o Neal, Magnum Force avec Clint Eastwood… Elle fait partie du décor de nombreux feuilletons télévisés et de jeux vidéos. Au sommet de cette pente, d’où on a une vue magnifique sur la ville, se trouve la maison que Willis Polk a construite en 1900 pour la veuve de Robert Louis Stevenson, qui a habité dans la ville.

palace-of-fine-arts-san-francisco

Palace des beaux arts

Ce pavillon a été construit pour l’exposition Panama-Californie de 1915 et c’est l’un des seuls qui a survécu ; il y eut de nombreux beaux pavillons au cours de cette exposition qui célébrait à la fois l’ouverture du canal de Panama et le renouveau de San Francisco. Il avait été construit en bois, mais il fut reconstruit en dur en 1959 grâce à un mécène, et restauré puis renforcé en 1962 et en 1975. L’architecte Bernard Maybeck s’était inspiré des gravures de Piranesi (1720-1778) et d’une peinture d’Arnold Böcklin (1827-1901) pour créer cette vision romantique d’une ruine romaine.

sacramento-street-in-nob-hill-san-francisco

Colline Nob

Cette colline de 103 m de hauteur a été inhabitée jusqu’à ce que soit développé le cable car, en 1878. A partir de ce moment, de grosses fortunes vinrent s’y établir pour profiter de la vue magnifique sur la baie, mais aussi psychologiquement par besoin de domination. Il y eut donc de magnifiques demeures en bois et des hôtels de prestige ; le tout partit en fumée au cours du grand incendie de 1906, sauf une maison en grès qui abrite aujourd’hui le Pacific Union Club, et quelques murs qu’on a conservés. Actuellement, c’est toujours encore un quartier huppé qui contient de belles demeures et plusieurs hôtels de grand luxe : le Stanford Court, le Mark Hopkins, le Fairmont et le Huntington. Mais petit à petit le quartier de Chinatown gagne du terrain sur la colline, dont la physionomie évolue. Nob Hill contient de beaux parcs dont le plus grand est le Huntington Park, où les enfants peuvent jouer et d’où on jouit d’une belle vue sur la ville.

view-from-alamo-square

Alamo Square

Comme tous les autres parcs de San Francisco, celui-ci possède des jeux pour enfants et un terrain de tennis. Ce qui fait son originalité, c’est qu’il est bordé par 6 jolies petites maisons de style victorien datant de 1895, qui ont bien sûr été restaurées et repeintes avec des couleurs vives, ce qui leur a valu le surnom de « Painted Ladies » (dames peintes). Elles offrent un contraste fort avec les édifices modernes de la ville qui apparaissent comme toile de fond. Il existe encore près de 15000 maisons victoriennes à San Francisco, qui ont survécu car situées dans des quartiers épargnés par l’incendie. Elles sont souvent en bois de séquoia, assez étroites, et se caractérisent par des éléments de décor très voyants : piliers très marqués, frises, bow-windows, tourelles, porches très voyants, frontons triangulaires, mélange de matériaux. Il y eut 4 sous-styles victoriens : gothique renaissant, italianisant, stick, reine Anne.

union-square-in-downtown-san-francisco

Union Square

Le nom de la place, qu’on retrouve dans d’autres villes des Etats-Unis, est dû aux nombreuses manifestations en faveur de l’Union (anti-esclavagiste) qui s’y sont déroulées entre 1861 et 1865, entraînant la Californie dans la guerre de sécession. La place était bordée d’églises, d’une synagogue, de maisons victoriennes et de clubs huppés pour hommes. Désormais, sur la place et dans les environs, se trouvent des grands magasins dont Macy’s, Tiffany, Chanel, Saks, Gumps (verreries, porcelaines, meubles, décoration), et des hôtels dont le luxueux hôtel Westin construit en 1904. Le grand magasin Neyman Marcus possède une belle façade en granite multicolore et un dôme de verre récupéré sur le célèbre magasin City of Paris qui occupait cette place et a été démoli en 1909. Le centre de la place est occupé par une colonne célébrant la victoire de l’amiral Dewey sur la flotte mexicaine en 1898.

golden-gate-bridge-pillar-in-san-francisco,

Golden Gate

Il a été construit entre 1933 et 1937 et répondait à une nécessité : la ville devenant plus prospère, il fallait développer les voies de communication, et en particulier les ponts, car les ferries qui permettaient de joindre le Marin County et Oakland étaient toujours saturés. L’idée du pont avait germé dès 1916, mais les forts courants marins, les vents très forts et les brouillards chargés de sel corrosif étaient des obstacles majeurs, ainsi que les séismes éventuels. Il y eut de fortes oppositions à sa construction : peur d’un coût prohibitif surtout : c’est la ville qui devait financer le pont en raison de la crise de 1929. Opposition aussi de la part des compagnies de ferries et des militaires.

Fonctionnalités intégrées à l’application

Quizz

icone-quizz

Circuits

icone-circuit

Concours Photo

icone-photo

Audio Guide

icone-audio-guide

Téléchargez