Histoire de Chypre

Chypre à travers le temps

On n’a encore trouvé aucun vestige paléolithique à Chypre. Le site archéologique le plus ancien découvert est celui de Khirokitia qui date de – 5700 : il s’agit d’un village fortifié contenant des maisons de pierre en forme de cylindres. La population vivait de la chasse et de l’agriculture ; elle n’avait pas d’objets en céramique mais fabriquait des figurines dans une pierre volcanique.

Vers – 3500 apparaît une population nouvelle qui utilise des céramiques peintes, à Khirokitia mais aussi à Sotira et à Kalavassos. Entre cette date et – 1400, une culture chalcolithique ( qui utilise le cuivre) se développe, suivie par la culture de l’âge du bronze favorisée par le fait que Chypre possédait de nombreux minéraux, dont du cuivre. Des tombes apparaissent, chargées de nombreux vases, bijoux en or et en argent, de colliers de perles de faïence, d’armes, d’outils en bronze, d’objets en argile. Le commerce se développe avec la Crète, la côte syrienne, l’Egypte. La première écriture cypriote apparaît.

A partir de – 1400, l’ile est colonisée par les Grecs qui fondent de nombreuses villes côtières et qui imposent de plus en plus leur culture, leurs dieux, leur écriture, leur langue, à une population moins avancée qu’eux. A côté, les Phéniciens fondent des comptoirs et au début, s’entendent bien avec les Grecs. Jusqu’au VIIIe s. avant JC, l’ile est partagée en royaumes grecs et connaît la prospérité grâce au commerce du cuivre et du bois.

En – 707, l’île est conquise par le roi Sargon d’Assyrie, auquel les royaumes doivent payer un tribut. Une stèle découverte à Kition rappelle cet événement. Mais cette hégémonie est de courte durée : en – 612, Ninive, la capitale de l’empire assyrien est prise par les Mèdes, ce qui met fin à la puissance assyrienne et donc à son emprise sur l’île.

Entre – 569 et – 525, l’Egypte conquiert Chypre et elle aussi impose un tribut à ses royaumes. Les rois se tournent alors vers le roi de la Perse, Cyrus, qui rompt l’emprise des Egyptiens et laisse plus de libertés aux royaumes. En – 480, les cypriotes prennent parti pour les Perses contre les Grecs et leur fournisses même des navires ; mais ils sont battus à la bataille de Salamine (pas la ville homonyme de Chypre). Il s’ensuit une longue période de troubles où certains rois sont favorables aux Perses, d’autres aux Grecs. Victoires et défaites se succèdent jusqu’en – 333, quand Alexandre le grand écrase les Perses.

Chypre échoit alors à Ptolémée, général de l’armée d’Alexandre devenu souverain d’Egypte et à ses descendants : il y eut cependant des guerres, conséquences de rivalités entre prétendants au gouvernement de l’Egypte. Mais Chypre reste dans le giron égyptien jusqu’en – 58, date de la conquête romaine.

Les Romains resteront longtemps sur l’île qui connait alors une longue période de stabilité. A partir de l’an 45, la foi chrétienne se développe rapidement après le passage de l’évangéliste Marc et de son cousin Barnabé. En 330, la capitale de l’Empire Romain d’Orient devient Constantinople.

A partir de 632, les attaques des Arabes, qui veulent imposer partout leur nouvelle religion, sont continues : ils pillent, détruisent, massacrent, réduisent en esclavage. Les Cypriotes ont même dû quitter l’île pendant une certaine période. Et tout cela ne se terminera qu’en 965 quand Nicéphore Phocas délivre Chypre de la domination arabe. De nouvelles villes sont construites pour remplacer les villes détruites. Les Byzantins s’occupent désormais de l’île et favorisent son développement pendant deux siècles.

Les croisades ouvrent à nouveau une période de troubles : Isaac Commène prend le pouvoir en 1184, il est renversé en 1191 par Richard Cœur de Lion qui donne le commandant de l’île au Franc Guy de Lusignan.

Les Lusignan vont gouverner l’île et instaurer un royaume médiéval franc qui va durer jusqu’en 1468, avec des intrigues vénitiennes qui vont aboutir à la prise du pouvoir par les Vénitiens.

Les Vénitiens seront cependant assez rapidement chassés de l’île par les Ottomans qui en prendront le contrôle en 1570. Les chrétiens sont massacrés.

C’est le début d’une longue emprise ottomane qui va durer jusqu’en 1868 : les Cypriotes sont écrasés d’impôts, vivent dans la misère et sont tenus par une main de fer. Les exécutions ne sont pas rares.

La Guerre russo-turque de 1877-1878 va permettre aux cypriotes de revivre : le traité de San Stefano libère les cypriotes de l’emprise turque, mais un second traité les place sous la tutelle de l’empire britannique. Mais les cypriotes voulaient leur indépendance ; ce ne fut pas facile et il leur fallut avoir recours à la violence car l’Angleterre ne voulait pas céder. Monseigneur Makarios III fut l’un des artisans de l’indépendance qui fut obtenue en 1960.

En 1974, les Turcs envahirent l’île et la partagèrent en deux parties, l’une turque, non reconnue par la communauté internationale, l’autre grecque. C’est encore la situation actuelle.

 

Contenu éditorial Monument Tracker ©

Guide Chypre

Retrouvez tous les endroits à visiter sur Chypre en téléchargeant l'application gratuite Monument Tracker World Guide et 120 autres villes

245